Décodage versus décryptage dentaire - Michèle Caffin

 

Le décryptage dentaire va plus loin que le décodage dentaire qui est un acte mental. Le décryptage suppose de s’abstraire du mental pour entrer dans un espace hors du temps.

 

Qu’est-ce-que le décodage dentaire ?

Le décodage consiste à établir une relation entre des faits reconnus. Exemple : j’ai une première molaire supérieure gauche. La gauche correspond au féminin, et puisque elle est en haut, elle correspond à la pensée (la sphère cérébrale). Elle apparaît vers 6 ou 7 ans, au moment d’un changement scolaire pour l’enfant. Ce changement n’est pas seulement scolaire ; l’enfant va à la grande école, il se démarque du nid familial, pour développer sa propre pensée (en principe).

En résumé, la première molaire est en relation avec l’idée de ce que je pense être, la mise en acte de ma volonté pour le réaliser, et le comportement pour atteindre le but. La molaire concerne donc l’identité liée à son être profond, l’Etre, et les moyens mis en œuvre pour atteindre son but. Ceci est le résultat du décodage.

 

Qu’est-ce-que le décryptage dentaire ?

Le décryptage consiste à percevoir avec le corps et les sens intérieurs (les couches suprasensibles, tout en entrant en elles) pour communiquer directement avec ses perceptions sensorielles sans les analyser, par le filtre du mental. Cela nécessite d’éveiller l’intention. Il est indispensable d’être dans une attitude de réceptivité totale. L’intention transcende le temps, elle raccourcit tout ce qui sépare l’idée, le désir, l’acte jusqu’à la fusion de ceux-ci. La difficulté de cette perception intérieure réside dans la mobilisation totale de l’attention du praticien dans son décryptage. L’intention amène des forces de vie (décisions, forces de vie, actions) qui fusionnent, car elles sont les composantes de la conscience.

Le décryptage évitera au praticien d’utiliser ses propres références liées à son histoire personnelle. Exemple : La première molaire supérieure gauche. Cette molaire supérieure correspond à ce que je souhaite (la pensée en haut), au plus profond de mon être (à gauche : le féminin). Je vais le manifester (valeur de la molaire : être et avoir). Si la praticienne souhaite ardemment être une mère modèle dans sa propre vie, elle va donner cette interprétation au patient et lui évoquer la mère. Dans ce cas, c’est le mental qui « mène la barque ».

Le décryptage dépasse cette interprétation en ouvrant une porte sur le vécu qui est propre à chacun. Le regard est autre, pour l’atteindre, le mental doit se taire complètement afin que l’information, concernant la personne, surgisse, soit sous la forme d’une image, ou d’un mot. Le partage commence alors et c’est l’histoire personnelle en relation avec cette dent qui refait surface, un événement qui n’appartient qu’à la personne.

Comme le mental est largué, l’écoute subtile du décryptage est au point le plus haut, c’est-à-dire une attitude empathique, une présence totale et silencieuse pour accueillir l’autre en dehors de toute attente personnelle.

Exemple :

Cet exemple concerne une molaire inférieure droite. En décodage, elle signifie le moment de la naissance, elle concerne la mère, son environnement, et l’enfant qui va naître. Pour arriver au décryptage, je fais taire mon mental et alors surgit intérieurement l’image d’une femme qui a peur de l’eau. Je demande à la patiente si cela correspond à un fait. Elle me répond que sa mère était une excellente nageuse, et que, pour jouer, un ami lui avait maintenu la tête sous l’eau assez longtemps pour qu’elle crût mourir à cet instant.

Puis, je lui demande comment s‘est passé l’accouchement puisque j’étais sur la dent qui correspond à ce moment. Elle entre dans une colère noire me rétorquant que « sa mère l’avait pissée » ! C’est pourquoi elle me dit suivre des thérapies pour éliminer cette information qui lui avait été donnée. Alors, je lui demande comment s’est passé l’accouchement pour sa mère. Elle me répond que sa mère avait perdu les eaux brutalement. La perception de la peur de l’eau que j’avais perçue en début de séance permit un partage, un décryptage inattendu car elle réalise que sa mère ne l’avait pas « pissée » mais qu’elle avait simplement perdu les eaux.

Le décryptage permet de dévoiler pour chacun, un moment de son histoire personnelle. Le sens de l’histoire est décrypté ensemble, en partage. Ainsi, l’histoire appartenant au patient se déroulera aussi loin qu’il lui sera possible de l’aborder, au moment de la séance. Peut-être plus tard, il lui sera possible d’aller plus loin, mais cela sera sa décision consciente ou inconsciente. Pour qu’il y ait une intégration, une guérison, à partir de ce moment du décryptage, il est indispensable de trouver avec le patient en quoi l’événement a apporté une attitude positive dans sa vie, c’est la réparation, transmutation.

Il ne faut jamais laisser partir la personne dans la douleur, sans avoir susciter en elle une compréhension positive de l’épreuve vécue.

 

Comment entrer dans cet espace suprasensible d’intuition, nécessaire au décryptage ?

En développant l’imagination, la perception et, de ce fait, l’intuition. Cela est indispensable pour entrer dans cet espace quantique hors du temps ?

En 1994, après avoir écrit le livre « Quand les dents se mettent à parler », qui fait état des relations entre les dents et la psycho-morphologie, je donnais ma première conférence. C’est à ce moment précis qu’un homme se leva au milieu de 200 personnes et me demanda : « mais d’où tenez vous vos informations concernant ces relations ?  »   Et, quelque peu désarçonnée, je lui répondis que j’avais utilisé la perception (décryptage) pour confirmer les liens posés mentalement (décodage). Sans aucune contradiction, il se rassit sans dire mot à ma grande stupéfaction. Une amie m’a dit alors, que nul ne peut contester votre ressenti profond, alors qu’ il est possible et facile de le faire pour votre savoir.

Depuis lors, j’ai développé mon ressenti en vérifiant avec le savoir et j’ai découvert que la perception nous fait entrer dans un espace où il n’y a pas de place pour les forces mentales. Ainsi, nous pouvons être un avec l’autre. Ceci est parfaitement connu par ceux qui aiment, et, pour eux, le temps passe du défini à l’infini comme l’espace. Tout est Un.

C’est pourquoi j’enseigne depuis des années le décryptage dentaire holistique en aidant les participants de mes formations à développer leurs perceptions intuitives et sensorielles pour réaliser des lectures de mémoires sur les couches supra-sensibles du corps.

M.C.

En savoir plus sur les formations en décryptage dentaire de Michèle Caffin →

 

 

Rédiger un commentaire :

*

Votre adresse email est confidentielle et n'apparaîtra pas sur ce site.

© 2016 - 2017 SELARL Caffin Michèle - Tous droits réservés

Site créé par CGC studio