les dents de la chance

Les dents de la chance : mais est-ce la vérité ?

Les enfants au moment de passer dans la grande école, avec un gros cartable, perdent leurs premières petites dents juste sous le nez !
Ce trou, impressionnant, première perte incontournable d’une partie de leur corps à la fois extérieure et intérieure, est salué par des compliments.
En attendant des dents définitives.
Définitif ? Une bonne fois pour toute ?

L’enfant a bien remarqué autour de lui des grandes personnes avec des trous devant et elles n’en sont pas fières ! Vite le dentiste a trouvé une solution.

Définitif ! Chaque chose change autour de lui, ses jambes et ses bras qui s’allongent, et puis d’autres dents arrivent de chaque coté. Définitif !
Comment s’habituer à ces apparitions des dents définitives aussi grosses que des pelles à tarte !

les dents de la chance

Mais papa et maman semblent très satisfaits, encore faut-il qu’elles soient bien accolées l’une à l’autre et ce n’est pas toujours le cas, mais là encore ils ont le bon mot : ce sont les dents de la chance !
Qu’est ce que cet espace, cet air qui ne passe plus par le nez mais juste en dessous entre les dents ? Quel est ce vent intérieur qui peut sortir alors que toutes les autres dents sont bien serrées les unes contre les autres ?
On dit la chance. Peut-être oui, peut-être non, le doute s’installe.
Et puis d’où viennent ces dents qui descendent quasiment du ciel ?
Entre ce que je vois et ce que je deviens, la question se pose, tout n’est pas physicochimique, il faut bien qu’il y ait un peu de poudre de «perlimpinpin ».

Les personnes savantes expliquent qu’au début de notre venue, nous sommes dans le ventre de la maman semblable à une mûre (le stade de la morula), puis elle grossit, la tête va ressembler aussi à une mûre un de ces bourgeons va descendre, les dents incisives sont dedans, elles descendent du haut vers le bas, donc ces belles pelles à tartes viennent du ciel, envoyées par nos géniteurs, papa et maman et elles-mêmes envoyées par les ancêtres.
Bref, c’est toute une lignée qui vit et nous visite, coté droit, lignée masculine et coté gauche lignée féminine.

Et cet espace où le vent interne passe signifie que les deux lignées ont des choses à se dire, elles ne sont pas unies, collées l’une à l’autre comme des amoureux et alors ça discute encore, en douce, de l’intérieur vers l’extérieur.
l’enfant perçoit ce dilemme, cette anomalie au fond de lui, mais il est rassuré à moitié c’est la chance !
Il aurai préféré être comme les autres, mais lui a gagné… quoi ? Personne ne lui a dit, c’est la chance, pas une chance !

Le plus souvent il va accompagné de ses parents consulter le dentiste pour ressembler à tout le monde, cet espace est comblé, plus de zizanies intérieures, extérieurs, entre ces deux lignées de géants adultes qui communiqueraient leurs chicanes, maintenant la chance va lui sourire, une chance pour lui.

Rédiger un commentaire :

*

Votre adresse email est confidentielle et n'apparaîtra pas sur ce site.

© 2016 - 2017 SELARL Caffin Michèle - Tous droits réservés

Site créé par CGC studio